Les 7 fonctions du packaging

Pour être performant, un packaging doit remplir plusieurs fonctions. Sur ces sept fonctions principales, deux occupent un rôle dit technique, les cinq restantes étant davantage tournées vers les aspects commerciaux et marketing.

En effet, lorsque vous élaborez un packaging, il est nécessaire de satisfaire tous les acteurs de la chaîne de distribution de votre produit. De plus, on parle souvent de trois types d’emballage : le packaging unitaire ou primaire, celui de groupage ou de vente (secondaire) et le packaging de manutention ou de transport (tertiaire). 

Toutes les fonctions qui vont suivre sont indissociables les unes des autres et l’on vous conseille de les utiliser de façon complémentaire.

Les fonctions techniques 

Emballer un produit nécessite de prendre en compte plusieurs contraintes techniques. Avant tout, on se doit de rappeler qu’un emballage remplit des fonctions de conservation et de distribution. Vous ne conditionnerez donc pas un objet électronique de la même façon qu’une tablette de chocolat.

1. Protéger/Conserver

Premièrement, un packaging a pour rôle de contenir un produit, de le protéger et de bien le conserver. Or, en tant que contenant, il doit être compatible avec le contenu. Il va également devoir protéger le produit des conditions extérieures comme le froid, la chaleur ou les risques de choc. Le choix du matériau utilisé est donc à prendre en compte. Réfléchissez ainsi à leurs spécificités et leurs caractéristiques pour faire le meilleur choix possible.    

2. Distribuer

Au niveau de la distribution, un emballage est directement lié au rôle d’un packaging de groupage et de manutention. Ici, on va davantage penser aux problématiques de regroupement des produits pour former une unité de vente. On réfléchira également à la question du transport et de la présentation sur les lieux de vente. Est-ce que la configuration ou la forme de votre emballage vous permet de transporter vos produits efficacement et en nombre suffisant ? Est-ce que ceux-ci, disposés sur les linéaires en magasin, sont suffisamment optimisés pour attirer les consommateurs ?  Ainsi, on conseillera par exemple de privilégier les formes carrées à celles rondes afin d’éviter de perdre de l’espace dans les rayons.

Les fonctions commerciales et marketing 

N’oublions pas que le packaging est la première chose que le client voit de votre produit. Il s’agit donc d’un média, d’un support pour votre entreprise et de votre premier vendeur. Optimisez donc la conception pour en faire une vitrine efficace pour votre marque.

3. Alerter (Impact Visuel)

Votre emballage doit attirer le consommateur et l’interpeler. C’est ici que le design joue un rôle essentiel. Pensez à reprendre les codes de votre charte graphique et à mettre en avant vos couleurs référentes. La forme et les matériaux de votre pack vous aideront également à vous différencier de la concurrence.  L’objectif reste d’attirer, séduire et de déclencher l’achat des clients.

4. Attribuer

Si vous souhaitez être rapidement identifié par les consommateurs, il faudra qu’ils vous relient immédiatement à votre univers de produit. C’est ce que l’on appelle l’attribution. Les potentiels acheteurs doivent comprendre ce que vous leur proposez dès le premier coup d’œil, au risque de ne pas retenir leur attention. 

5. Informer

Un packaging doit permettre aux consommateurs de s’informer un peu plus sur le produit. Quels sont ses composants ? Est-il labellisé ? D’où vient-il ? Quelles sont les spécificités d’usage ? N’oubliez pas également d’apposer les mentions légales à votre produit. Voyez aussi cette fonction comme l’opportunité de mettre le focus sur votre valeur ajoutée (origine France, bio, Label Rouge, …)

6. Positionner

En outre, l’emballage va également exprimer le positionnement et la personnalité de votre marque. Il doit refléter quelles sont vos cibles clients et quelle gamme vous proposez. Votre cible devrait être capable d’évaluer immédiatement votre positionnement au prix et au packaging.

7. Servir

Enfin, il est nécessaire que votre conditionnement – une fois acheté par le consommateur – facilite le le transport et le stockage de votre produit (placard, congélateur, …). Pensez ainsi à tester la commodité de votre packaging. Les consommateurs sont plus susceptibles d’acheter un produit qui est agréable au toucher, peu lourd et ergonomique. 

8. Envisager sa fin de vie (BONUS)

Si ça n’est pas une fonction historique du packaging, il est nécessaire de rappeler qu’aujourd’hui, il est inconcevable d’imaginer son packaging de demain sans prendre en compte sa durabilité/recyclabilité/éventuelle nocivité… Travaillez sur vos matériaux (de préférence, travaillez même en monomatériau), pensez à une seconde vie ou optimisez son encombrement (la distribution de votre produit par camion/avion pouvant être plus polluante que votre packaging en lui-même).

Ainsi, toutes les fonctions citées précédemment aident à la conception d’un bon packaging. Utilisées de façon complémentaire, elles permettent une meilleure intégration des produits à leur marché. Vérifiez donc si votre emballage répond bel et bien à ces sept caractéristiques et, si vous voulez vous en assurer, faites appel à des Experts !